Préambule

L'accès à l'emploi des travailleurs handicapés reste très difficile comme en témoignent les statistiques publiques. Le taux d’emploi des travailleurs handicapés s'élève à 4,4 % pour un objectif fixé à hauteur de 6 %, il y a plus de 30 ans. Le taux d'emploi direct est de 3,4 %. Près de 20 % des personnes handicapées aptes au travail sont au chômage, soit le double de la population valide. Les travailleurs handicapés sont en moyenne moins diplômés, et se présentent sur le marché de l'emploi avec un cumul de spécificités adverses par rapport aux autres candidats.

Dans le cadre de la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », le Gouvernement entend faciliter l'accès au marché du travail des travailleurs handicapés sous toutes ses formes. Le travail intérimaire constitue une double opportunité à cet égard : pour le travailleur handicapé à qui une mission d'intérim peut offrir la possibilité d’une vision concrète de son emploi au sein d’une entreprise, pour l’entreprise utilisatrice qui peut mieux apprécier l'apport individuel et collectif de l'intégration d'une personne handicapée au sein de son entreprise.

Prism'emploi représente plus de 8 000 agences d'emploi et leurs 26 000 salariés permanents permettent chaque année à plus de 2,5 millions de salariés intérimaires d'accéder à l'emploi sur le territoire français. Ces agences placent également, en contrat à durée indéterminée ou à durée déterminée, 90 000 candidats en recherche d'emploi auprès d'entreprises relevant de l’ensemble des secteurs d'activité de l’économie française.

En recherche permanente de candidats, le travail temporaire va au-devant des populations dites éloignées de l'emploi comme les moins diplômés et les plus jeunes, celles et ceux qui se sont trouvés éloignés temporairement et qui reviennent sur le marché, les seniors, les étrangers etc.

Depuis plus de quinze ans, Prism'emploi a comme principe de s'engager durablement aux côtés des acteurs publics de l'emploi pour contribuer à un marché de l'emploi plus inclusif, en imaginant le cas échéant des solutions innovantes, pour les tester puis les diffuser et bouleverser par des résultats concrets nombre d'idées reçues.

Ainsi, Prism'emploi s’est engagé dans la lutte contre les discriminations depuis 2005, partenaire depuis cette même année de Force Femmes et signataire de la charte des intermédiaires de l'emploi avec le Défenseur des droits en 2013. L'accord avec l'UNML en faveur de la démarche « Garantie jeunes », signé en 2014 et renouvelé en 2018, témoigne également de l'engagement de Prism'emploi. Le succès rencontré encourage à aller plus loin dans cette politique.

Pour mettre en concordance l'offre et la demande d'emploi, la profession dispose de l'appui de son OPCA, le FAF-TT, qui contribue directement à former 230 000 salariés, soit un salarié intérimaire sur dix (chiffre 2017). C'est une pièce maîtresse pour adapter les compétences des salariés, former les professionnels du recrutement et contribuer ainsi à lever les barrières sociales et psychologiques qui sont intrinsèquement liées à cette problématique.

La profession dispose également du soutien du Fonds d’action sociale, le FASTT, dont les prestations permettent aux salariés de la branche de surmonter leurs éventuelles difficultés de mobilité, de logement ou d'accès au crédit et faciliter leur vie quotidienne.

Du fait de leur proximité avec les entreprises clientes, les Entreprises de Travail Temporaire (ETT) jouent un rôle essentiel pour les accompagner dans l'identification des postes à pourvoir adaptables ou adaptés aux travailleurs handicapés. Leur relation permanente avec leurs clients en fait un canal naturel pour informer les entreprises sur les possibilités de recrutement de travailleurs handicapés, soit en tant que travailleurs intérimaires, soit par une mise en relation de candidats handicapés en vue d’une embauche en CDI ou CDD par l’entreprise cliente. Elles contribuent ainsi à combattre certaines représentations, faire évoluer les pratiques de recrutement des entreprises clientes et à améliorer le taux d'accès à l'emploi des personnes en situation de handicap.

Le présent accord-cadre a pour finalité de contribuer à l'atteinte de cet objectif partagé d'inclusion par l'emploi en créant des synergies entre toutes les entreprises et les institutions concernées directement ou indirectement par l'emploi et la formation des personnes handicapées.

La mise en œuvre de ces engagements fera l’objet d’un suivi annuel et d’un bilan final au 31 mars 2022, dans le cadre d'un comité de pilotage dont le secrétariat est confié à la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP).