L’occasion de revenir sur l’activité des agences d’emploi en Normandie, en hausse de 9,4 % sur le premier trimestre 2017 alors qu’elle baissait de 0,8 % sur la même période en 2016.

François Roux, délégué général de Prism’emploi, est venu exposer les propositions du syndicat professionnel pour réformer et dynamiser le marché du travail. Publiées en novembre dans le « Manifeste pour l’Emploi », elles visent à sécuriser les parcours des actifs et développer leur employabilité au plus près des besoins des entreprises.

   

L’INDUSTRIE DOMINE LE MARCHE DU TRAVAIL TEMPORAIRE EN NORMANDIE

La région Normandie représente 6,3 % de l’emploi intérimaire en France, soit près de 35 000 salariés intérimaires en équivalent temps plein.

Selon la structure de l’emploi intérimaire dans la région en 2016, c’est le secteur industriel normand qui accueille la grande majorité des salariés intérimaires (près de 64 %). Le reste des effectifs est réparti équitablement entre les autres secteurs.

En termes de qualification, les ouvriers représentent plus des trois quarts des intérimaires.

       

DES EFFECTIFS EN FORTE HAUSSE MALGRÉ DES DISPARITÉS TERRITORIALES

Après une hausse de 4,8 % en 2016, l’emploi intérimaire en Normandie connaît au premier trimestre 2017 une hausse de 9,4 %. Cette accélération résulte notamment de la croissance dans le secteur des services (+14,7 %) et de l’industrie (+10,4 %). 

C’est l’ancienne région Haute-Normandie qui porte cette croissance avec +12,5 %, tandis que la Basse-Normandie affiche une hausse de 3,9 % depuis le début de l’année.

 

CHIFFRES CLES1

Sur le premier trimestre 2017 par rapport à la même période de l’année précédente, l’emploi intérimaire évolue ainsi :

  • +9,4 % en Normandie
  • +12,5 % en Haute-Normandie
  • +3,9 % en Basse-Normandie
  • La Normandie représente 6,3 % de l’emploi intérimaire en France
  • 431 agences d’emploi sont présentes en Normandie

   

POUR EN FINIR AVEC LES RIGIDITES ET LES DEFAILLANCES DU MARCHE DU TRAVAIL

Le monde du travail a profondément évolué depuis 25 ans. Face à l’éclatement des formes d’emploi, de multiples contrats ont vu le jour pour aboutir à une situation complexe qui ne satisfait aujourd’hui ni les salariés, ni les entreprises. Fort de ces constats, Prism’emploi livre dans son manifeste une réflexion pour refonder les rapports de travail, faire émerger de nouveaux équilibres entre actifs et employeurs et revitaliser le contrat social. 
Au cœur de cette réflexion, la flexisécurité, qui permet de concilier les exigences de souplesse des entreprises et le besoin de sécurité des salariés, avant tout liée au développement de leur employabilité.

   

    

1Source : Prism’emploi