En décembre 2021, la lecture des tendances reste perturbée par la référence à une période atypique (-5,7 % en décembre 2020 par rapport à décembre 2019, et ce en tenant compte de l’activité partielle). En conséquence, le commentaire du Baromètre Prism’emploi de décembre 2021 porte sur la comparaison avec les données d’avant crise, permettant un éclairage plus pertinent.

En décembre 2021, le travail temporaire (contrats de travail temporaire et CDI intérimaires) compte pour 709 320 emplois en équivalent temps plein (ETP).

Après la progression d’octobre (+1,6 %), l’intérim en décembre a, pour la seconde fois de l’année, dépassé son niveau d’avant la crise. En hausse de 5,1 % par rapport à décembre 2019, ce sont 34 300 emplois en équivalent temps plein supplémentaires qui, ce mois-ci, ont été créés par les agences d’emploi.
Cette nette amélioration doit toutefois être interprétée avec prudence. En effet, l’activité du mois de décembre est perturbée par les jours fériés et Noël et le jour de l'an étaient positionnés des samedis, ce qui a mécaniquement stimulé l'activité (comparé à 2019 ou 2020 où ces jours se situaient en semaine). En outre, les besoins de remplaçants liés à l’explosion du nombre de personnes contaminées par la Covid, ont également pu impacter le besoin d’intérim. Il est donc trop tôt pour voir, dans les chiffres de décembre, l’expression d’une reprise solide du travail temporaire.

Dans le détail, l’amélioration concerne tous les secteurs et toutes les régions, mais avec des différences marquées :

  • Le BTP demeure le seul secteur (nettement) orienté à la baisse (-10,4 %) mais sa tendance se redresse de 5,4 points par rapport à celle du mois dernier (-15,8 % en novembre).
  • Après avoir renoué avec la croissance en octobre (+0,2 %) et en novembre (+0,5 %), la progression du travail temporaire se confirme et s’amplifie en décembre dans le secteur industriel (+3,0 %).
  • Le secteur du commerce, avec +9,0 %, enregistre l’amélioration de tendance la plus notable (en hausse de 8,9 points par rapport au mois dernier).
  • La croissance s’accélère également dans le secteur des services qui, avec +10,8 % dépasse pour la première fois cette année, le seuil des +10,0 %.
  • L’amplification des créations d’emploi concerne également les transports-logistique passant de +13,4 % en novembre, à +15,9 % en décembre.

    

La moindre dégradation du BTP et l’accélération de l’activité industrielle ont ainsi contribué au retour de la croissance des effectifs ouvriers (+3,0 % pour les ouvriers qualifiés et +3,8 % pour les ouvriers non qualifiés). Les employés, portés par les besoins de la logistique et des services (notamment dans le domaine de la santé et de l’action sociale), progressent de 20,8 %.
A rebours des autres qualifications, les effectifs cadres et professions intermédiaires connaissent une baisse de -3,4 %, montrant que l’accentuation du télétravail peut constituer, pour certains métiers, un obstacle au recours à l’intérim.

  

La majorité des secteurs sont en hausse

L’emploi intérimaire augmente dans les transports (+15,9 %), les services (+10,8 %), le commerce (+9,0 %) et l’industrie (+3,0 %), mais diminue dans le BTP (-10,4 %).

La majorité des qualifications sont en hausse

L’emploi intérimaire augmente chez les employés (+20,8 %), les ouvriers non qualifiés (+3,8 %) et les ouvriers qualifiés (+3,0 %) mais diminue chez les cadres et professions intermédiaires (-3,4 %).

tableau-cdii

   

LE CDI INTÉRIMAIRE

En décembre 2021, le CDI Intérimaire représente 45 660 ETP, correspondant à 6,4% des effectifs des agences d’emploi. 

Dans un environnement économique et sanitaire appelant à renforcer la sécurisation des parcours, celles-ci ont accru le nombre de leurs salariés en CDII de 5 150 ETP sur un an, correspondant à une hausse de 12,7%.  

Sur les territoires, le recours au CDII est nettement surreprésenté en Pays de la Loire (10,1%), dans les Hauts-de-France (9,8%) et en Bourgogne-Franche-Comté (9,1%). C’est en Bretagne et en Ile-de-France (avec respectivement 4,0% et 3,6% des effectifs) que ce type de contrat demeure le moins développé.
La répartition géographique des CDII se concentre à plus de 40% dans 3 régions caractérisées par une forte orientation industrielle : Hauts-de-France : 14,3%, Auvergne-Rhône-Alpes : 13,3% et Pays de la Loire : 13,1%.

carte-cdii

   

LA FRANCE DES RÉGIONS 

Décembre 2021 par rapport à décembre 2019

Onze régions sont en hausse

Les spécialisations sectorielles des bassins d’emploi ont un effet différenciant sur les évolutions géographiques. Parmi les régions métropolitaines, quatre d’entre elles, soutenues par l’essor des activités transport-logistique, commerce et services enregistrent une croissance de 8,0 % et plus (par rapport à décembre 2019) : Bretagne avec +14,9 %, Nouvelle-Aquitaine avec +9,3 %, PACA avec +8,2 % Pays-de-la-Loire avec + 8,0 %.

A noter, pour la première fois depuis la crise, l’intérim en Ile-de-France retrouve son niveau de 2019 (+0,5 %). Toutefois, à volume d’emploi similaire, leurs caractéristiques sectorielles ont significativement évolué depuis 2019, avec un recul de l’industrie et du BTP à la faveur du commerce et des services.
La Bourgogne-Franche-Comté, avec -1,7 %, demeure la seule région qui reste orientée à la baisse en décembre.

France-des-regions