La croissance du niveau de l’emploi intérimaire ralentit en août avec +2,5 %, après l’augmentation du mois de juillet (+7,0 %).

Sur les huit premiers mois de l’année, la progression atteint 5,6 %.

La décélération du mois d’août doit être relativisée : l’année 2015, année de reprise, a été caractérisée par une augmentation continue tout au long de l’année. L’effet de base est donc désormais beaucoup plus marqué qu’au premier semestre.

Par ailleurs, le mois d’août étant perturbé par les congés, les tendances doivent être interprétées avec prudence. De ce point de vue, l’observation des données de septembre seront révélatrices de la dynamique de la rentrée.

Après avoir été porté en 2015 par les qualifications de premier niveau, le développement de l’intérim s’appuie depuis le début d’année sur des métiers plus qualifiés. Les deux catégories professionnelles qui créent le plus d’emplois intérimaires demeurent ce mois-ci les ouvriers qualifiés (+9,0 %) et les cadres et professions intermédiaires (+3,5 %). 

   

La majorité des grands secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans presque tous les grands secteurs d’activité : les transports (+8,7 %), le BTP (+6,8 %), l’industrie (+2,1 %) et les services (+0,4 %). Seul le commerce (-3,8 %) recule.

 

Evolution contrastée selon les qualifications

L'emploi intérimaire se développe chez les ouvriers qualifiés (+9,0 %) et les cadres et professions intermédiaires (+3,5 %). Il baisse chez les ouvriers non qualifiés (-0,5 %) et chez les employés (-3,3 %).  

 

La majorité des régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent fortement en Pays-de-la-Loire (+9,8 %) et en Île-de-France (+8,5 %). En revanche, ils reculent en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (-1,1 %) et en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (-3,6 %).