En juin 2016 : 

    

La majorité des secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans la majorité des grands secteurs d’activité : les transports (+12,3 %), les services (+10,3 %), le BTP (+5,2 %) et l’industrie (+4,9 %). Seuls les effectifs du commerce reculent (-3,5 %).

   

L’ensemble des qualifications en hausse

L'emploi intérimaire se développe chez les ouvriers qualifiés (+9,8 %), les cadres et professions intermédiaires (+8,4 %), les employés (+4,8 %) et les ouvriers non qualifiés (+2,0 %). 

   

La majorité des régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent le plus fortement en Ile-de-France (+17,2 %), en Pays-de-la-Loire (+12,1 %) et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (+8,5 %). Seule la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon est en recul (-0,4 %). 

   

Au 1er semestre 2016 : 

    

Au cours du 1er semestre 2016, l’emploi intérimaire progresse de 5,8 %, soit un rythme légèrement inférieur au 2nd semestre 2015 (+6,1 %).

Cette progression intervient après une année de reprise où l’intérim renouait avec la croissance (+4,4 % en 2015) à la suite de trois années de baisse consécutives. L’emploi intérimaire se situe désormais environ 10 % en dessous de son niveau antérieur à la crise de 2008-2009.

Cette reprise est concordante avec l’amélioration du PIB : l’intérim permet en effet aux entreprises de transformer instantanément tout surplus d’activité en emploi.

Sur le mois de juin, l’intérim retrouve un niveau de croissance conforme à cette tendance semestrielle, avec +5,7 %.

Les écarts sectoriels s’amplifient notamment dans le secteur tertiaire caractérisé à la fois par les plus fortes progressions : +12,3 % dans les transports || +10, 3 % dans les services et par une baisse de 3,5 % dans le commerce.

Après avoir été porté en 2015 par les qualifications de premier niveau, le développement de l’intérim s’appuie depuis le début d’année sur des métiers plus qualifiés