COMMENTAIRE GÉNÉRAL POUR LE MOIS DE FEVRIER 2022

En février 2022, l’emploi intérimaire (contrats de travail temporaire et CDI intérimaires) s’élève à 762 500 équivalents temps plein (ETP), en hausse de 13,2 % par rapport à février 2021, progressant ainsi de 89 130 ETP sur un an. Dans la continuité du dynamisme de janvier (+14,0  %), cette hausse de l’intérim en février s’explique par la situation conjoncturelle porteuse du premier trimestre 2022. Celle-ci ne saurait toutefois présager des tendances à venir compte-tenu des incertitudes géopolitiques et économique actuelles. Le mois de février 2022 marque ainsi le troisième mois consécutif de croissance par rapport à la situation d’avant crise (+4,9 % sur 2 ans), cependant en baisse de 4,3 points au regard du même indicateur pour le mois de janvier 2022 (+9,2 % sur 2 ans).

   

Dans le détail des activités, tous les secteurs sont orientés à la hausse mais avec des nuances :

  • Comme en janvier, c’est dans le commerce que l’intérim enregistre la croissance la plus dynamique avec +20,9 %, suivi des services (+16,8 %) et de l’industrie (+16,3 %).
  • Dans le secteur transports-logistique, qui a connu au cours des trois dernières années, des évolutions plus favorables que la moyenne, le travail temporaire connait désormais une progression plus lente (+6,9 %) en raison de cet effet de base. 
  • Après la stabilisation observée en janvier, l’intérim, ce mois-ci, renoue avec la croissance dans le BTP (+4,4 %).


Dans ce contexte, toutes les qualifications sont orientées à la hausse et tout particulièrement les employés (+26,1 %). Les autres catégories connaissent des évolutions similaires comprises entre 10,4 % (ouvriers non qualifiés) et 12,6 % (ouvriers qualifiés).

 

Les effectifs intérimaires s’inscrivent en hausse (+13,2 %) au niveau national. 

Tous les secteurs sont en hausse

L’emploi intérimaire augmente dans le commerce (+20,9 %), les services (+16,8 %), l’industrie (+16,3 %), les transports (+6,9 %) et le BTP (+4,4 %).

Toutes les qualifications augmentent

L’emploi intérimaire augmente chez les employés (+26,1 %), les ouvriers qualifiés (+12,6 %), les cadres et professions intermédiaires (+11,5 %) et les ouvriers non qualifiés (+10,4 %).

   

LE CDI INTÉRIMAIRE

En février 2022, le CDI Intérimaire représente 51 334 ETP, correspondant à 6,7 % des effectifs des agences d’emploi.

Dans un environnement économique et sanitaire appelant à renforcer la sécurisation des parcours, celles-ci ont accru le nombre de leurs salariés en CDII de 2 433 ETP en un an, correspondant à une hausse de 5,0 %.  

Sur les territoires, le recours au CDII est nettement surreprésenté dans les Hauts-de-France (10,8 %), en Pays de la Loire (10,2 %) et en Bourgogne-Franche-Comté (9,1 %). C’est en Bretagne et en Ile-de-France (avec respectivement 4,3 % et 4,1 % des effectifs) que ce type de contrats demeure le moins développé.

La répartition géographique des CDII se concentre à plus de 40 % dans 3 régions caractérisées par une forte orientation industrielle : Hauts-de-France : 14,5 %, Auvergne-Rhône-Alpes : 13,3 % et Pays de la Loire : 13,1 %.    

cdii-février2022

       

LA FRANCE DES RÉGIONS

Février 2022 par rapport à février 2021

Toutes les régions sont en hausse

Les spécialisations sectorielles des bassins d’emploi ont un effet différenciant sur les évolutions géographiques. Parmi les régions métropolitaines, 5 d’entre elles enregistrent des progressions supérieures à 15% : Bretagne : 25,2 %, Pays-de-la-Loire :  18,1 %, Occitanie : 17,2 %, Centre Val de Loire : 15,9 % et Grand-Est : 15,3 % ; soutenues par le redressement industriel du début d’année.

franceregions-fev2022

       

ZOOM SUR LES DROM

L’évolution en février dans les DROM (+10,0 %) est en moyenne légèrement en dessous de la tendance générale (+13,2 %) avec de fortes divergences selon les territoires :

  • L’emploi intérimaire en Martinique (+56,4 %) et en Guadeloupe (+8,9 %) se développe ; au contraire, il recule en Guyane (-6,4 %) et à la Réunion (-2,5 %).
  • Comparé à la structure de l’intérim en métropole, dans les DROM, la part de l’industrie, des transports et des services est nettement sous représentée (avec un différentiel de respectivement 17,7 ; 4,9 et 4,5 points) à la faveur du Commerce et du BTP (qui comptent pour respectivement 18,6 et 8,5 points de plus).

      

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES DANS LES DROM EN FEVRIER 2022
par rapport à février 2021

tableau-drom2022