Publié le 27 décembre 2018

Le travail temporaire diminue de -3,9 % en novembre 2018, soit une baisse légèrement inférieure à celle d’octobre (-4,6 %). L’intérim se maintient toujours à un niveau historiquement élevé et continue de progresser en moyenne sur l’année 2018 avec +2,5 % en cumul sur 11 mois.

Avec près de 50 000 CDI intérimaire signés à fin novembre, cette nouvelle forme d’emploi continue de se développer de façon complémentaire aux contrats d’intérim classiques. Depuis un an, environ 24 000 CDII supplémentaires ont été recrutés par les agences d’emploi. Ainsi, en tenant compte de ces contrats, la tendance se situerait plutôt aux alentours de -0,5 %.

Dans le détail sectoriel, l’intérim continue à se développer dans le BTP, le commerce et les services avec des croissances de respectivement +3,3 %, +1,4 % et +3,5 %. Le recul dans le secteur industriel se poursuit en novembre (-8,6 % en novembre après -9,6 % en octobre). Après avoir enregistré une croissance à deux chiffres depuis 2016, le secteur transport-logistique marque un essoufflement depuis le début du deuxième semestre 2018, qui s’accentue ce mois-ci (-7,9 % en novembre, après -5,7 % en octobre, et -3,1 % en septembre).

Dans ce contexte, les métiers les plus qualifiés, les cadres et les professions intermédiaires, continuent de progresser avec une croissance de +1,0 % et la catégorie des employés se replie (-1,1 %). Les ouvriers, pénalisés par la situation industrielle, connaissent quant à eux une baisse de -5,3 % avec ce mois-ci des tendances comparables, quels que soient les niveaux de qualifications, avec une baisse de -5,0 % chez les ouvriers qualifiés et -5,5 % chez les ouvriers non qualifiés.

Une évolution contrastée par secteurs

L'emploi intérimaire progresse dans les services (+6,5 %), le BTP (+3,3 %) et le commerce (+1,4 %). En revanche, les effectifs reculent dans les transports (-7,9 %) et l’industrie (-8,6 %).

La plupart des qualifications en baisse

L'emploi intérimaire se développe chez les cadres et professions intermédiaires (+1,0 %). En revanche, il recule chez les employés (-1,1 %), les ouvriers qualifiés (-5,0 %) et les ouvriers non qualifiés (-5,5 %).

La majorité des régions en recul

En novembre 2018, les régions les plus dynamiques sont Provence-Alpes-Côte d’Azur (+2,7 %), Auvergne Rhône-Alpes (+1,2 %) et Ile-de-France (+0,2 %), par rapport à novembre 2017.