Publié le 08 octobre 2018

Optimistes, 73% des jeunes estiment que l’intérim est un bon moyen pour construire leur parcours professionnel.

L’optimisme des moins de 25 ans sur le marché du travail se confirme et progresse de 14 points, selon l’édition 2018 du Baromètre Prism’emploi-OpinionWay « Les jeunes et l’emploi ».

Le rapport des jeunes au travail reste marqué par un certain nombre d’invariants comme la place prépondérante de la rémunération lors de la recherche d’emploi et de l’ambiance de travail pour ceux qui en ont un.

Ouverts en ce qui concerne leur statut, les jeunes expriment des aspirations et des manières de se projeter sur le marché de l’emploi, assez diversifiées.

Leur connaissance et leur appréciation du travail temporaire s’améliorent : pratique en forte hausse, évaluation favorable à la construction du parcours professionnel pour 73 % d’entre eux, et familiarisation avec le CDII pour 56 %.

Enfin, interrogés sur la protection sociale, rares sont les jeunes qui lui accordent une importance déterminante dans le choix d’un emploi.

UN OPTIMISME EN FORTE HAUSSE

L’optimisme des jeunes vis-à-vis du marché de l’emploi en général, est en forte progression : 43 % d’entre eux se déclarent optimistes (+14 points vs 2017 et +18 points vs 2016).

Dans le détail et sur le secteur d’activité qui les concerne, 53 % des jeunes en recherche d’emploi ou en emploi se déclarent confiants. Ce nombre monte à 70 % auprès des étudiants avec une forte progression des « très optimistes ».

Le degré d’optimisme des jeunes concernant leur propre situation suit la même dynamique. Le score le plus élevé est enregistré depuis la création du baromètre avec 6,3 sur une échelle de 1 à 10 contre 6,1 en 2017.

Toutefois, 54 % des jeunes qui ne sont pas en emploi considèrent qu’il sera difficile de trouver un emploi dans leur secteur.

D’autre part, 47 % des jeunes en emploi estiment qu’il sera compliqué de retrouver un emploi équivalent à celui qu’ils occupent actuellement. Marque d’une satisfaction globale de leur situation ou bien d’une inquiétude sur les opportunités offertes par le marché ? Les deux interprétations restent ouvertes.

   

LE TRAVAIL TEMPORAIRE S’INSTALLE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE DES JEUNES

Les jeunes sont de plus en plus réceptifs au travail temporaire. Ils sont sensiblement plus nombreux à avoir expérimenté cette forme d’emploi : 34 % en 2018 contre 27 % en 2017. De plus, leur représentation du travail temporaire évolue favorablement puisque pour 73 % d’entre eux, il s’agit d’un bon moyen pour construire son parcours professionnel (+4 points vs 2017), les femmes affichant un score plus élevé (77 %) que les hommes (70 %).

Plus d’un jeune sur deux a désormais entendu parler du contrat à durée indéterminée intérimaire (56 %). Sa notoriété s’élève à 68 % auprès des jeunes sondés qui ont déjà une expérience de l’intérim.

   

LES JEUNES SENSIBLES A L’ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ET OUVERTS QUANT A LEUR STATUT

   

C’est avec une approche pragmatique que les jeunes abordent le monde du travail : 64 % d’entre eux considèrent que le travail est avant tout un moyen de gagner de l’argent. Pour 64 % des jeunes en recherche d’emploi, la rémunération figure d’ailleurs toujours en tête de leurs priorités (+5 points vs 2017).
Néanmoins, pour les jeunes en emploi, l’ambiance de travail est citée comme le premier facteur déterminant pour se sentir heureux au travail (43 %), devant la rémunération (35 %).

L’équilibre vie privée/vie professionnelle est également précieux pour les jeunes. S’ils sont 88 % à déclarer que la réussite de leur carrière est un objectif essentiel, 49 % déclarent que leur vie de famille est le plus important pour eux, de manière générale. D’ailleurs, ils sont 22 % à prendre en compte la possibilité d’avoir du temps libre dans le choix d’un emploi (+7 points vs 2017).

Des éléments de diversité apparaissent quant au rapport aspirations/réalité des jeunes sur le long-terme.
59 % aimeraient créer leur entreprise, en reprendre une ou se mettre à leur compte (+6 points vs 2017) alors que 46 % s’imaginent rester salariés toute leur vie.
Si l’entrepreneuriat continue de séduire les jeunes, 55 % aimeraient rester dans la même entreprise toute leur vie s’ils le pouvaient (+5 points vs 2017) et 53 % pensent exercer le même métier durant toute leur vie professionnelle.

   

LA PROTECTION SOCIALE, UN CRITERE PEU INFLUENT SUR LE CHOIX D’UN EMPLOI POUR LES JEUNES

Si les jeunes font preuve d’ouverture quant à leur statut ou leur projection sur le long terme, le volet protection sociale (maladie, chômage, retraite etc.) ne semble pas être un critère déterminant dans leurs choix professionnels.

En effet, la manière dont est financée la protection sociale est méconnue par près de 2 jeunes sur 3.
Malgré cela, ils ont conscience à 63 % que toutes les formes d’emploi n’assurent pas le même niveau de protection. Ceci dit, le régime de protection sociale n’entre pas en ligne de compte au moment de choisir un emploi pour 36 % des jeunes.

   

CHIFFRES CLÉS 

  • 70% des étudiants et 53% des jeunes en recherche d’emploi ou en emploi se déclarent optimistes concernant la situation de l’emploi dans leur secteur d’activité (ou celui auquel ils se destinent)
  • Pour 73 % des jeunes, l’intérim est un bon moyen pour construire son parcours professionnel
  • Pour 43 % des jeunes en emploi, l’ambiance de travail est le premier facteur déterminant pour se sentir heureux au travail
  • 59 % des jeunes souhaiteraient créer leur propre entreprise, en reprendre une ou se mettre à leur compte
  • Près de 2 jeunes sur 3 ignorent précisément comment la protection sociale est financée

   

 

    

MÉTHODOLOGIE

L’étude a été réalisée sur un échantillon représentatif de 1 011 jeunes âgés de moins de 25 ans interrogés en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview) du 20 au 31 août 2018.