Publié le 26 juillet 2017

Au cours du 1er semestre, l’emploi intérimaire augmente de 8,0 % avec des évolutions mensuelles relativement stables, entre 6,3 % et 8,7 %. Environ 50 000 emplois en équivalent temps plein ont ainsi été créés en intérim au cours de cette période (comparés au 1er semestre 2016).

Cette progression intervient après deux années de reprise (+4,4 % en 2015 puis +6,7 % en 2016) qui faisaient suite à trois années de baisse continue. Mi-2017, l’emploi intérimaire est désormais parvenu à effacer les effets de la crise de 2008-2009.

Dans un contexte où la création d’emplois reprend, certains secteurs se trouvent en tension.

 

     

DONNÉES NATIONALES POUR LE 1ER SEMESTRE 2017

   

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES

La progression de l’intérim se confirme au 1er semestre 2017.

Les évolutions mensuelles au cours du premier semestre sont comprises entre 6,3 et 8,7 %. Le point haut est survenu en février.

   

Courbe globale de l’évolution des effectifs intérimaires (par mois)

   

          

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES PAR GRAND SECTEUR D'ACTIVITÉ

  

Redressement du secteur industriel

La décélération de la croissance de l’intérim dans l’industrie, observée depuis le début d’année, s’est interrompue en juin. Ce redressement, au regard du poids relatif du secteur dans l’emploi intérimaire, explique en grande partie la performance enregistrée en fin de semestre.

Le secteur du BTP, qui a renoué avec la croissance en 2016 (+8,1 %), enregistre lui une légère décélération sur cette période (+7,7 %).  

A nouveau, au 1er semestre 2017, la croissance de l’emploi intérimaire est la plus significative dans le secteur des transports (+15,1 %). Cette accélération constitue un phénomène encourageant, souvent révélateur d’un dynamisme des échanges économiques et d’une amélioration conjoncturelle in fine.

   

  

      

        

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES PAR QUALIFICATION

    

Les métiers les plus qualifiés soutiennent la hausse de l’intérim

Pour rappel, le développement de l’emploi intérimaire était porté en 2015 par les qualifications de premier niveau. Depuis le début de l’année 2016, il s’appuie sur des métiers plus qualifiés.

Le 1er semestre 2017 confirme cette tendance. Les deux catégories professionnelles qui progressent le plus fortement sont les cadres et professions intermédiaires (+10,7 %) et les ouvriers qualifiés
(+9,4 %). La hausse chez les cadres et professions intermédiaires s’explique par le développement de projets pour l’ensemble des secteurs, nécessitant au sein des entreprises des expertises opérationnelles.

Toutefois, l’écart entre les ouvriers qualifiés et les autres catégories de qualification tend à se réduire, la progression des postes d’ouvriers non-qualifiés étant même supérieure à celle des ouvriers qualifiés en juin. Ce tassement de la progression des cols bleus expérimentés fait suite en grande partie à la relative décélération du secteur du BTP au 2ème trimestre 2017.

     

  

      

      

LA FRANCE DES REGIONS

Cumul annuel : janvier-juin 2017 (%)

Au premier semestre 2017, toutes les régions demeurent orientées à la hausse. Près de la moitié d’entre elles enregistre des croissances à deux chiffres, telles que les régions suivantes : Bretagne (+12,4 %), Auvergne-Rhône-Alpes (+12,0 %), Bourgogne-Franche-Comté (+11,2 %) ou encore Nouvelle-Aquitaine et Occitanie (+10,3 % chacune). 

     

   

Commentaire général pour le mois de juin 2017

 

En juin, la croissance de 8,5 % de l’emploi intérimaire se situe au-dessus de la moyenne du semestre. Tous les secteurs évoluent positivement entre 3,3 % (BTP) et 19,6 % (transports).

Le secteur du BTP est marqué par une nette décélération (-3,8 points de hausse par rapport au mois dernier). Mais celle-ci doit être interprétée avec prudence : la vague de chaleur, qui a touché la France, a en effet freiné l’activité sur de nombreux chantiers.

L’emploi intérimaire, porté par l’industrie (+3,1 points de croissance par rapport au mois dernier) et les transports (+4,6 points de croissance), enregistre sa tendance la plus dynamique depuis le début d’année, après celle de février.

Les effectifs intérimaires progressent particulièrement chez les ouvriers non qualifiés (+10,4 % vs. juin 2016) et les cadres et professions intermédiaires (+9,9 %). En revanche, les créations de postes d’employés (+4,3 %) et d’ouvriers qualifiés (+7,3 %) se situent en dessous de la croissance moyenne.

Trois régions sont particulièrement dynamiques : Bretagne (+17,7 %), Bourgogne-Franche-Comté (+15,0 %), Centre-Val-de-Loire (+14,6 %). 

      

Chiffres clés

Les effectifs intérimaires sont en hausse (+8,5 %) au niveau national.

L’ensemble des secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans l’ensemble des secteurs : les transports (+19,6 %), l’industrie (+9,0 %), le commerce (+5,9 %), les services (+4,3 %) et le BTP (+3,3 %).

Toutes les qualifications en hausse

L'emploi intérimaire se développe chez les ouvriers non qualifiés (+10,4 %) les cadres et professions intermédiaires (+9,9 %), les ouvriers qualifiés (+7,3 %) et les employés (+4,3 %).

La quasi-totalité des régions en hausse

Trois régions sont particulièrement dynamiques : Bretagne (+17,7 %), Bourgogne-Franche- Comté (+15,0 %) et Centre-Val-de-Loire (+14,6 %).