Publié le 16 novembre 2020

La dernière édition (octobre) du baromètre annuel OpinionWay pour Prism’emploi, axé sur « Les jeunes et l’emploi », révèle le profond impact de la crise sanitaire sur les projets, ambitions et débouchés des jeunes dans l’emploi, avec 51% des jeunes amenés à revoir leur projet professionnel. Dans ce contexte de crise, l’intérim conserve une bonne opinion auprès des jeunes, avec 77% d’entre eux le percevant comme une solution pour construire son parcours professionnel (+5 points).

L’impact majeur de la crise sanitaire sur le rapport des jeunes à l’emploi

Le baromètre révèle tout d’abord un impact significatif de la crise sanitaire sur les ambitions professionnelles des jeunes : plus d’un jeune sur deux s’est vu contraint de revoir son projet professionnel à la suite de la crise sanitaire. Cette révision des projets s’est effectuée à divers niveaux, au premier rang desquels la forme du contrat (31% déclarent avoir dû considérer d’autres formes que le CDI), le secteur d’activité (22% affirment avoir changé de secteur), le choix de l’entreprise (16%) et le métier en lui-même (15%). Près d’un jeune sur cinq (18%) déclarent également avoir décidé d’effectuer un stage supplémentaire avant d’intégrer le marché de l’emploi et 13% des étudiants entre 18 et 21 ans envisagent de prolonger leurs études.

Sans surprise, la première vague de l’épidémie a également eu des effets importants sur les revenus des jeunes : 58% des jeunes ont vu leurs revenus affectés par la crise, dont 41% de manière négative. Afin de compenser cette perte de revenus, 34% des jeunes déclarent avoir dû baisser leur niveau de vie, les amenant ainsi à se tourner vers l’aide de leur famille (23%) et de l’Etat (18%).

    

Une sensibilité accrue aux questions de protection sociale cohabite avec une compréhension partielle et incomplète du financement de la protection sociale, dans un contexte de crise sanitaire qui accentue son importance

Le nombre de jeunes qui déclarent accorder une place déterminante à la protection sociale dans le choix d’un emploi progresse de 10 points par rapport à janvier pour s’établir à 72% ; cette augmentation est à mettre en lien avec les dispositifs protecteurs mobilisés par les pouvoirs publics comme l’activité partielle qui a contribué à maintenir les revenus des salariés. Dans le même temps, seulement 39% des jeunes savent que la protection sociale est financée par les cotisations employeurs et salariés. Pour plus d’un quart des jeunes (27%), le niveau de protection sociale est équivalent entre les différentes formes d’emploi. Cet indicateur a bondi de 16 points entre les deux vagues d’étude 2020. Les dispositifs étatiques d’accompagnement des salariés indépendants ont probablement contribué à accentuer la confusion entre protection sociale et mesures d’aides exceptionnelles auprès des jeunes.

    

L’image de l’intérim progresse auprès des jeunes

Dans ce contexte, l’intérim est perçu très positivement par les jeunes : 77% d’entre eux considèrent cette voie comme un bon moyen de construire leur parcours professionnel, une augmentation de 5 points de pourcentage par rapport à janvier 2020. De même, à la question « Quelle image avez-vous du statut d’intérimaire ? », 72% des jeunes affirment en avoir une image positive, voire très positive pour 23% d’entre eux – un chiffre en augmentation de 8 points par rapport à janvier 2020.

Cette tendance s’accompagne d’une expérience plus généralisée de l’intérim parmi les jeunes, puisque 4 jeunes sur 10 affirment avoir déjà travaillé en intérim, marquant non seulement le plus haut niveau depuis quatre ans mais confirmant également une tendance à la hausse. En 2016, 30% des jeunes déclaraient avoir déjà travaillé en intérim.

Le niveau de connaissance des jeunes en ce qui concerne l’intérim et ses solutions progresse également considérablement : alors qu’en janvier 2020, 55% d’entre eux avaient déjà entendu parler du CDI intérimaire, cette proportion grimpe à 69% en octobre 2020. Les innovations et dispositifs créés par la branche montrent ici tout leur succès.

   

Un regard qui demeure positif sur la situation de l’emploi en France

Malgré le contexte sanitaire, les jeunes gardent une perception plutôt positive de la situation de l’emploi : plus d’un jeune sur deux se dit optimiste à ce sujet, ce qui constitue même une progression de 7 points par rapport à janvier 2020. Cet optimisme semble s’expliquer par deux facteurs. D’une part, on constate chez les jeunes, depuis plusieurs années, une tendance de fond à l’optimisme sur la situation de l’emploi, que la pandémie ne semble pas avoir bouleversée. D’autre part, ce résultat peut être lu à la lumière d’autres enquêtes révélant chez les jeunes une moindre prise de conscience de la gravité de la crise sanitaire, qui pourrait expliquer ce regard qui reste positif. 

Pour autant, on note une nette baisse d’optimisme lorsque l’on interroge les jeunes sur leurs capacités à trouver un emploi, avec seulement 48% ayant le sentiment qu’il sera facile de trouver un emploi dans le métier recherché, soit une baisse de 6 points par rapport à janvier 2020 (54%).

Dans le contexte actuel et face à la crise sanitaire et économique, on note enfin une augmentation de l’importance accordée à la protection sociale dans le choix d’un emploi : 71% déclarent y attacher de l’importance, soit une progression de 10 points depuis janvier 2020.

« Si nous nous réjouissons de la connaissance accrue des atouts de l’intérim par et pour les jeunes, nous n’en demeurons pas moins préoccupés par leurs constats quant aux impacts de la crise sanitaire sur leur avenir. La branche tout entière demeure mobilisée en leur faveur, afin de leur proposer un avenir professionnel serein, sécurisé et choisi », a réagi Gilles LAFON, président de Prism’emploi.