Publié le 14 septembre 2021

L’évolution du travail temporaire est conditionnée par la santé économique du pays. En 2020, le secteur a fait face à un effondrement de l’activité, qui s’est traduit par un recul de 23,6%, soit la disparition de près de 185 000 emplois intérimaires en équivalents temps plein. Face à cette crise inédite, toute la branche s’est mobilisée pour protéger et sécuriser les parcours des salariés intérimaires et permanents. Depuis début 2021, l’emploi intérimaire bénéficie d’un léger redressement, nourri par une conjoncture qui s’améliore, même si les effets de la crise se font toujours fortement sentir.

En effet, cette rentrée est marquée par la recrudescence de tensions sur de nombreux métiers.  Les pénuries de main d’œuvre concernent tous les secteurs, jusqu’à constituer un obstacle au développement de certaines entreprises. Les entreprises du secteur du travail temporaire et du recrutement apportent une réponse à ces difficultés, et Prism’emploi intervient dans la mise en place de solutions concrètes pour accompagner les transitions au plus près des besoins des territoires : développement d’une GPEC de branche, renforcement de la formation, promotion du CDI-I, développement des partenariats avec le service public de l’emploi pour promouvoir des emplois de qualité.

Lire la suite :