Publié le 29 octobre 2018

Avec -1,7 %, l’emploi intérimaire enregistre une légère diminution au mois de septembre. Le troisième trimestre 2018 affiche une stagnation (0 %).

« Cette stagnation observée au troisième trimestre 2018 et ce léger recul du mois de septembre doivent être mis en perspective avec un effet de base désormais moins favorable. En effet, l’intérim orienté à la hausse depuis 45 mois se situe désormais à un niveau historiquement élevé », déclare Isabelle Eynaud-Chevalier, Déléguée Générale de Prism’emploi.

Dans le détail sectoriel, la tendance demeure positive dans le BTP et dans les services avec des croissances de respectivement +6,4 % et +6,2 %.

Le travail temporaire fléchit dans l’industrie pour le troisième mois consécutif avec une amplification du phénomène

(-5,8 % en septembre après -3,3 % en août).

Les secteurs du commerce et des transports enregistrent quant à eux une contraction moins marquée avec respectivement -1,1 % et -3,1 %.

En termes de qualification, les cadres et professions intermédiaires et les employés continuent de progresser avec respectivement +1,2 % et +0,2 %. L’intérim recule en revanche chez les ouvriers qualifiés  (-0,8 %) et les ouvriers non qualifiés (-4,4 %).

   

La majorité des secteurs en recul

L'emploi intérimaire progresse dans le BTP (+6,4 %) et les services (+6,2 %). En revanche, les effectifs reculent dans le commerce (-1,1 %),  les transports (-3,1 %) et l’industrie (-5,8 %).

L’évolution des qualifications contrastée

L'emploi intérimaire se développe chez les cadres et professions intermédiaires (+1,2 %) et les employés (+0,2 %). Il recule chez les ouvriers qualifiés (-0,8 %) et les ouvriers non qualifiés (-4,4 %).

La majorité des régions en recul

En septembre, les régions les plus dynamiques sont Provence-Alpes-Côte d’Azur (+4,8 %), Auvergne-Rhône-Alpes (+3,0 %) et l’Ile-de-France (+0,3 %).