Publié le 19 mars 2018

Au mois de mars 2018, le travail temporaire enregistre une progression de +10,4 %. Au cours du premier trimestre 2018, la hausse atteint +8,8 %.

L’industrie connaît une accélération de +11,7 % (après +7,2 % en janvier et +7,5 % en février). La croissance ralentit légèrement dans le BTP avec +5,9 % et se situe dans la continuité de la tendance de 2017 (+5,4 %). Le secteur des transports ralentit avec +11,6 % (après +23,4 % en janvier et +16,5 % en février) tout en conservant une croissance à deux chiffres. Le commerce, qui en février avait souffert de conditions climatiques rudes avec -0,6 %, se redresse en mars pour atteindre une hausse de +6,5 %. Enfin, les effectifs intérimaires dans les services enregistrent un net rebond avec +11,2 %.

Toutes les catégories professionnelles bénéficient de cette amélioration avec des progressions relativement homogènes comprises entre +13,7 % pour les employés et +7,7 % pour les ouvriers qualifiés.

Toutes les régions sont orientées à la hausse. Le Centre Val de Loire et la Bourgogne-Franche-Comté sont, avec + 16,2 %, celles où la progression des effectifs est la plus marquée. A l’opposé, l’Ile-de-France et la Normandie, avec +4,9 %, enregistrent ce mois-ci la tendance la plus modeste.

  

Tous les secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans l’industrie (+11,7 %), les transports (+11,6 %), les services (+11,2 %), le commerce (+6,5 %) et le BTP (+5,9 %).

Toutes les qualifications en hausse

L'emploi intérimaire se développe chez les employés (+13,7 %), les ouvriers non qualifiés (+11,5 %), les cadres et professions intermédiaires (+10,3 %) et les ouvriers qualifiés (+7,7 %).

Toutes les régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent le plus fortement en Bourgogne-Franche-Comté (+16,2 %) et dans le Centre-Val de Loire (+16,2 %). La croissance la plus modeste est en Île-de-France (+4,9 %) et en Normandie (+4,9 %).