Publié le 27 mars 2017

Après une hausse de 8,7 % en février 2017, l’emploi intérimaire consolide sa progression en mars 2017 avec une croissance de 8,2 %.

Après 8,7 % en février 2017, la croissance de l’emploi intérimaire se maintient en mars à un niveau de 8,2 %. Ainsi, les créations d’emplois intérimaires restent dynamiques, en dépit d’un effet de base désormais moins favorable.

Tous les secteurs sont orientés à la hausse avec des tendances comprises entre 5 % et 15 %. Les transports (+14,7 %) et le BTP (+11,9 %) poursuivent leur accélération déjà perceptible en février et se situent très nettement au-dessus de la tendance moyenne.

Les progressions se maintiennent dans les services (+7,7 %), l’industrie (+6,7 %) et le commerce (+5 %) mais à des rythmes moins soutenus que la moyenne.

 

Les métiers plus qualifiés entrainent la croissance à la hausse : les cadres et professions intermédiaires (11,8 %) et les ouvriers qualifiés (10,9 %) demeurent les catégories professionnelles les plus porteuses.

 

Toutes les régions sont orientées à la hausse, les territoires les plus dynamiques sont répartis aussi bien à l’Ouest (Bretagne : 11 %), à l’Est (Bourgogne-Franche-Comté : 11 %), que dans le Centre (Auvergne-Rhône-Alpes : 13,9 %).

Commentaire complémentaire sur le 1er trimestre 2017  :

  • Au cours du 1er trimestre, l’emploi intérimaire augmente de 8,3% avec des évolutions mensuelles relativement stables (comprises entre 8% et 8,7%).
  • Ce sont environ 50 000 emplois en équivalent temps plein qui ont été créés en intérim au cours de cette période (comparés au premier trimestre 2016).
  • Cette progression intervient après deux années de reprise (+4,4% en 2015, +6,7% en 2016) qui faisaient suite à trois années de baisse continue.
  • L’emploi intérimaire se situe désormais à un niveau comparable à celui observé avant la crise de 2008-2009.

 

Comme en 2016, au premier trimestre 2017, c’est dans les transports que la croissance de l’emploi intérimaire est la plus soutenue (+12,7 %). Cette accélération constitue un phénomène encourageant souvent révélateur d’un dynamisme des échanges et d’une amélioration conjoncturelle. De la même manière, sur ce début d’année 2017, le BTP qui a renoué avec la croissance en 2016 (+8,1%) enregistre une accélération avec 10,1%.

La décélération graduelle de la croissance de l’intérim dans l’industrie, observée depuis le début d’année, se confirme en mars. Toutefois avec 7,9% sur le trimestre, la tendance reste porteuse. Le commerce (+5,2 %) et les services (+7,1 %) enregistrent des niveaux de croissance un peu moins dynamiques que la moyenne.

Après avoir été porté en 2015 par les qualifications de premier niveau, le développement de l’intérim s’appuie depuis le début 2016 sur des métiers plus qualifiés. Cette tendance se confirme au premier trimestre 2017 où les deux catégories professionnelles qui se développent le plus sont les cadres et professions intermédiaires (11,9%) et les ouvriers qualifiés (11,2%).

La reprise du secteur du BTP a contribué au développement du nombre d’ouvriers qualifiés. Par ailleurs, la spécialisation industrielle en France tend à se centrer sur des emplois qualifiés.

Les résultats observés pour les cadres et professions intermédiaires sont portés par le développement de projets pour l’ensemble des secteurs nécessitant dans les entreprises des expertises opérationnelles.

>>> Au 31 mars 2017, 16 149 CDI intérimaires ont été signés <<< 

Evolution des effectifs intérimaires par grand secteur d’activité : l’ensemble des secteurs en croissance

 

L'emploi intérimaire progresse dans l’ensemble des secteurs : les transports (+14,7 %), le BTP (+11,9 %), les services (+7,7 %) l’industrie (+6,7 %) et le commerce (+5,0 %).

Evolution des effectifs intérimaires par qualification : toutes les qualifications en hausse

 

L'emploi intérimaire se développe chez les cadres et professions intermédiaires (+11,8 %), les ouvriers qualifiés (+10,9 %), les employés (+6,0 %) et les ouvriers non qualifiés (+5,3 %).

La France des régions

Mars 2017 par rapport à Mars 2016

Toutes les régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent le plus fortement en Auvergne-Rhône-Alpes (+13,9 %), en Bourgogne-Franche-Comté (+11,0 %) et en Bretagne (+11,0 %). Les croissances les plus modestes sont en région Grand Est (+4,1 %) et en Île-de-France (+4,4 %).