Publié le 26 juin 2018

Après une hausse de +5 % au mois d’avril, l’intérim progresse de +2,2 % en mai. Cette tendance est à considérer avec précaution dans la mesure où plusieurs jours fériés influent sur la période observée.

Tous les secteurs sont en hausse à l’exception du BTP qui connaît une baisse de -6,4 %.
Le secteur transport-logistique voit ses effectifs intérimaires augmenter de +14,1 %. Les services enregistrent une hausse de l’emploi intérimaire de +4,5 %. Dans le commerce, la tendance se redresse et atteint +2,0 % en mai, après une baisse de -1,2 % en avril. Les créations d’emploi ont été moins soutenues dans l’industrie avec une hausse de +0,8 % en mai après +4,9 % en avril.

Toutes les catégories professionnelles sont en progression, particulièrement plus marquée pour les employés, qui connaissent une hausse de +8,1 %, et les cadres et professions intermédiaires, qui augmentent de +4,4 %.
La croissance des ouvriers qualifiés et non qualifiés est plus modeste avec respectivement +0,6 % et +1,5 %.

Les régions Bourgogne Franche-Comté (+7,2 %) et Grand-Est (+5,3 %) enregistrent des tendances supérieures à la moyenne. A l’inverse, l’emploi intérimaire connaît une contraction des effectifs en Occitanie (-4,1 %), en Bretagne (-1,9 %) et en Nouvelle Aquitaine (-0,7 %).

  

La majorité des secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans les transports (+14,1 %), les services (+4,5 %), le commerce (+2,0 %) et l’industrie (+0,8 %). En revanche, les effectifs reculent dans le BTP (-6,4 %).

Toutes les qualifications en hausse

L'emploi intérimaire se développe chez les employés (+8,1 %), les cadres et professions intermédiaires (+4,4 %), les ouvriers non qualifiés (+1,5 %) et les ouvriers qualifiés (+0,6 %).

La majorité des régions en hausse

En mai, les régions les plus dynamiques sont la Bourgogne-Franche-Comté (+7,2 %) et le Grand Est (+5,3 %). A l’opposé, l’Occitanie (-4,1 %), la Bretagne (-1,9 %) et la Normandie (-0,8 %) connaissent une baisse de leurs effectifs intérimaires.