Publié le 19 mars 2018

En février 2018, la progression de l’intérim demeure solide avec une hausse de +7,3 %. Sur un an, ce sont ainsi plus de 45 000 emplois supplémentaires qui sont créés dans le travail temporaire, dont 10 000 en CDI intérimaires.

Les secteurs de l’industrie et des services atteignent respectivement +7,5 % et +4,8 %. Avec +6,5 % dans le BTP, la hausse se maintient dans ce secteur au-dessus de la tendance observée en 2017 (+5,4 %). Le développement de l’intérim dans les transports (+16,5%) ralentit par rapport au mois dernier tout en restant très au-dessus de la tendance moyenne. Enfin, le commerce connait une légère diminution avec -0,6 %, l’activité sectorielle ayant probablement pâti des conditions climatiques.

Toutes les catégories professionnelles bénéficient de cette progression. Toutefois, les ouvriers qualifiés (+7,3 %) et les ouvriers non qualifiés (+10,3 %) ont, en février, progressé plus significativement que les employés (+5,3 %) et les cadres et professions intermédiaires (+0,4 %). 

La région Bourgogne Franche-Comté avec +16,7 % se détache nettement de la moyenne. A l’inverse, la région Ile-de-France avec +0,3 %, enregistre ce mois-ci une quasi-stagnation de ses effectifs.

   

>>> Au 27 mars 2018, 30 000 CDI intérimaires ont été signés <<<

      

La majorité des secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans les transports (+16,5 %), l’industrie (+7,5 %), le BTP (+6,5 %) et les services (+4,8 %). En revanche, les effectifs baissent dans le commerce (-0,6 %).

Toutes les qualifications en hausse

L'emploi intérimaire se développe chez les ouvriers non qualifiés (+10,3 %), les ouvriers qualifiés (+7,3 %), les employés (+5,3 %) et les cadres et professions intermédiaires (+0,4 %).

Toutes les régions en hausse

Les effectifs intérimaires augmentent le plus fortement en Bourgogne-Franche-Comté (+16,7 %) et dans les Pays de la Loire (+13,6 %). La croissance la plus modeste est en Île-de-France (+0,3 %).