Publié le 15 janvier 2018

Après 8,6 % en novembre, la croissance de l’intérim demeure solide en décembre avec +7,8 %.
Au cours de l’année 2017, l’emploi intérimaire progresse de +8,5 % correspondant à plus de 50 000 emplois en équivalent temps plein supplémentaires.

Au cours de l’année 2017, l’emploi intérimaire progresse de +8,5 % correspondant à plus de 50 000 emplois en équivalent temps plein supplémentaires. Depuis la reprise de l’intérim en 2015, ce sont ainsi 130 000 emplois en équivalent temps plein qui ont été créés dans le secteur.

L’année 2017 a été caractérisée par des tendances trimestrielles très stables qui sont le signe d’une reprise économique solide. : +8,3 % au premier trimestre, +7,7 % au deuxième, +9,6 % au troisième et +8,5 % au quatrième.

Pour la deuxième année consécutive, l’ensemble des secteurs sont orientés à la hausse : les transports et la logistique (+16,2 %) ; l’industrie (+8,7 %) ; les services (+6,2 %), le commerce (+5,6 %) et le BTP (+5,4 %) voient leur croissance se développer.

Toutes les catégories professionnelles ont bénéficié de la croissance en 2017. Toutefois, les cadres et professions intermédiaires se démarquent avec une croissance de +12 %. Les autres qualifications ont progressé à des rythmes comparables compris entre +7,5 % pour les employés et +8,3 % pour les ouvriers non-qualifiés.

En 2017, l’emploi intérimaire a progressé dans toutes les régions. La Bourgogne Franche Comté, avec une croissance de +14,6 % et la Bretagne avec +13,5% sont les deux régions qui se distinguent nettement.

DONNÉES NATIONALES POUR L'ANNÉE 2017

  

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES

Une hausse constante et dynamique en 2017

Les tendances mensuelles sont restées positives tout au long de l’année, comprises entre 6,3% en mai et 12% en septembre. La période la plus dynamique est intervenue en septembre-octobre. Le dernier trimestre marque une légère baisse mais reste dans la moyenne annuelle. 

   

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES PAR GRAND SECTEUR D'ACTIVITÉ

Tous les secteurs ont contribué au développement de l’emploi intérimaire en 2017

Si les transports et la logistique ont maintenu tout au long de l’année une croissance à deux chiffres, les autres secteurs ont enregistré des évolutions plus nuancées. L’intérim industriel a connu une accélération au deuxième semestre avec un point haut au 3ème trimestre (+10 %). De même, le commerce qui en moyenne a progressé de +5,6 %, a enregistré au troisième trimestre une progression de +8 %.

Le BTP est quant à lui passé de +10,1 % au premier trimestre à +3,2 % au troisième trimestre avant de légèrement se redresser en fin d’année (+3,5 % au 4ème trimestre).

     

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS INTÉRIMAIRES PAR QUALIFICATION

La croissance de l’intérim s’appuie sur des métiers plus qualifiés en 2017

Les métiers les plus qualifiés, les cadres et professions intermédiaires, se démarquent avec une croissance de 12%.

L’intérim des ouvriers qualifiés particulièrement dynamique au premier semestre, a connu un ralentissement au deuxième semestre. La demande de compétences pour ce niveau de qualification ayant suivi l’évolution de la tendance du BTP. En revanche, la croissance des ouvriers non qualifiés s’est redressée en cours d’année, qualification la moins porteuse au premier trimestre (+5,4 %) et se situe au quatrième trimestre avec +9,8 %, juste en dessous de celle des cadres et professions intermédiaires.

      

LA FRANCE DES RÉGIONS 

En 2017, l’emploi intérimaire progresse dans toutes les régions.

Deux des douze grandes régions métropolitaines se situent sur une tendance très au-dessus de la moyenne. L’intérim en Bourgogne Franche Comté, avec une croissance de +14,6 % bénéficie de la hausse du secteur transports et de la logistique (+35,9 %) et dans une moindre mesure de celle des services (+17,1 %). 

La croissance en Bretagne (+13,5 %) est principalement tirée par une reprise dans l’industrie (+17,5 %).

     

EVOLUTION DU NOMBRE DE CDI INTÉRIMAIRE SIGNÉS

Le CDI intérimaire poursuit son développement

En 2017, 13 170 CDI intérimaires ont été signés, correspondant à la signature de 1 000 nouveaux contrats chaque mois. Ce sont ainsi 26 398 CDII qui ont été signés depuis la mise en œuvre de ce service.

Outil de la mise en œuvre de la flexisécurité à la française, le CDII traduit l’engagement du secteur du travail temporaire pour dynamiser la mise à l’emploi. Entré en vigueur en 2014, ce nouveau contrat s’est imposé sur le marché du travail comme une alternative permettant aux salariés intérimaires de bénéficier de la sécurité d’un CDI et de dispositifs de formation. Il permet aux entreprises utilisatrices de conserver la souplesse d’un recours au salarié pour des missions. L’entreprise de travail temporaire rémunère le salarié en CDII pendant les périodes d’intermission. 

      

COMMENTAIRE GÉNÉRAL POUR DÉCEMBRE 2017

    

Après 8,6 % en novembre, la croissance de l’intérim demeure solide en décembre avec +7,8 %. 

La tendance du 4ème trimestre est alignée avec la progression observée en 2017 de + 8,5 %. 

La progression de l’intérim en décembre 2016 est portée par tous les secteurs. Le secteur des transports et de la logistique se démarque encore grâce à une progression de +17,4%. Après une phase d’accélération à la rentrée 2017, la croissance dans l’industrie ralentit en cette fin d’année avec +7,5 % en décembre contre près de 12 % sur la période septembre-octobre. Les services avec +4,9% et le commerce avec +3,2% connaissent également une légère décélération. En revanche, le secteur du BTP avec +4,3 % retrouve un niveau de développement qu’il n’avait pas enregistré depuis juillet 2017.

Toutes les catégories professionnelles bénéficient de cette amélioration. Toutefois, l’emploi a progressé plus significativement ce mois-ci chez les cadres et professions intermédiaires (+ 13,8 %) et les employés (+8,4 %) que celui des ouvriers non qualifiés (+7,7 %) et des ouvriers qualifiés (+5,3 %).

La région Bourgogne Franche-Comté avec +16 % se détache nettement de la moyenne. A noter que la Normandie connait ce mois-ci une baisse de ses effectifs en raison d’une contraction de l’emploi industriel dans cette région avec -1,7%.