Publié le 27 septembre 2018

La stagnation de la croissance de l’emploi intérimaire observée en juillet (+0,3% contre +4,8% au deuxième trimestre) se confirme avec un taux de +0,1% au mois d’août 2018 (par rapport à août 2017). Le marché reste néanmoins à un niveau historiquement élevé.

Les évolutions sectorielles sont contrastées.

Le secteur des services, porté par les métiers de la santé et de l’action sociale, des télécommunications, des services informatiques et de l’assistance aux entreprises, connait avec 9,6% une nette accélération en août. Le travail temporaire poursuit son développement dans le BTP (+1,7%) et dans les Transports (+0,8%) à un rythme plus modeste qu’au premier semestre (qui était de respectivement 4,5% et 14,6%). Le recul de l’intérim se poursuit dans l’Industrie (-3,3% en août après -2,8% en juillet) et s’atténue dans le Commerce (-0,9% en août après -2,9% en juillet).

Dans ce contexte, l’emploi des cadres et professions intermédiaires est en hausse de 4,8%, et de 3,3% pour les employés.
Les catégories des ouvriers sont impactées par le recul dans l’industrie et le ralentissement dans le BTP et enregistrent une baisse d’effectifs de -1,6% (-0,9% pour les ouvriers qualifiés et -2,2% pour les ouvriers non qualifiés).

Le travail temporaire demeure relativement bien orienté dans les régions Pays de la Loire, PACA, Hauts-de-France et Ile-de-France avec respectivement des progressions de 3,1%, 2,7%, 2,4% et 1,8%.

    

La majorité des secteurs en croissance

L'emploi intérimaire progresse dans les services (+9,6 %), le BTP (+1,7 %) et les transports (+0,8 %). En revanche, les effectifs reculent dans le commerce (-0,9 %) et l’industrie (-3,3 %).

L’évolution des qualifications en demi-teinte

L'emploi intérimaire se développe chez les cadres et professions intermédiaires (+4,8 %) et les employés (+3,3 %). Il recule chez les ouvriers qualifiés (-0,9 %) et les ouvriers non qualifiés (-2,2 %).

La majorité des régions en recul

En août, les régions les plus dynamiques sont les Pays de la Loire (+3,1 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (+2,7 %), les Hauts-de-France (+2,4 %) et l’Ile-de-France (+1,8 %).