Les agences d'emploi répondent au besoin de flexibilité des entreprises tout en sécurisant les parcours de leurs salariés intérimaires.

« Aujourd’hui, le salarié souhaite bénéficier de flexibilité pour multiplier les expériences professionnelles, arbitrer entre temps de travail et temps libre, répondre à ses éventuelles envies de mobilité. Et l’entreprise a besoin de la sécurité que lui offre l’assurance de pouvoir faire appel à des collaborateurs qualifiés en cas de besoin, sans pour autant voir sa masse salariale gonflée par des contrats à durée indéterminée dont elle n’a pas l’usage en permanence. Les entreprises de travail temporaire se trouvent au carrefour de ces différents besoins et aspirations. » (Quel Travail ? De l’agence d’intérim à l’agence d’emploi, 2008, Prisme Editions)

La flexibilité, nécessaire à la compétitivité des entreprises

Les entreprises ont de plus en plus besoin de réagir vite aux fluctuations de la demande. Cet impératif de réactivité est évident et ancien dans certains secteurs - tourisme, agriculture, hôtellerie-restauration, services à la personne, etc. Mais il touche désormais un nombre croissant d'activités comme l'industrie, les transports ou le BTP.
Le cycle de vie des produits se raccourcit et le rythme des innovations s'accélère afin de satisfaire des consommateurs toujours plus impatients et exigeants. Dans ce contexte, l'intérim permet à une entreprise de s’adapter rapidement aux sursauts de son marché et d'être réactive à la reprise de son activité, sans pour autant se retrouver dans une situation délicate lors d'un retournement potentiel de l'économie.

L'intérim est considéré comme une réponse indispensable pour gérer les pics d'activité par 76 % des entreprises utilisatrices (enquête Prism'emploi-BVA auprès des entreprises sur les contrats de travail dont la durée est limitée, mai 2012).

La volonté de la profession de sécuriser les parcours

Le besoin de flexibilité économique est une évidence. Pour autant toutes les formes de flexibilité sur le marché du travail ne se valent pas. Depuis plus de 25 ans, la profession s'engage pour renforcer le statut des salariés intérimaires et se démarquer des autres formes de flexibilité en créant des mécanismes de sécurisation professionnelle pour les salariés intérimaires : la « flexisécurité ».

Un cadre réglementaire et conventionnel protecteur

  • Une indemnité financière compensant le caractère temporaire des missions au contraire du CDD d’usage, du contrat saisonnier ou du contrat vacataire de la fonction publique.
  • Des dispositifs équivalents à ceux dont bénéficient les salariés en CDI (prévoyance, formation, aide au logement, à la mobilité,...).
  • Un accompagnement réalisé par l'agence d'emploi, alors que le salarié en CDD se retrouve seul à l'issue de son contrat.

La formation, un investissement important

Les missions d'intérim permettent un accès à des expériences qualifiantes et une intégration durable sur le marché du travail.

Les entreprises du secteur investissent chaque année 280 millions d’euros dans la formation. Ainsi en 2013, 210 000 salariés intérimaires ont bénéficié d’une action de formation. La formation est en effet essentielle pour permettre aux salariés intérimaires de monter en compétences, augmenter leur employabilité et ainsi faciliter leur accès au marché de l'emploi.

Le CDI intérimaire et le FSPI

Institué par l'accord de branche du 10 juillet 2013, le CDI intérimaire répond à l'objectif de sécurisation des parcours professionnels et de renforcement de l’employabilité des salariés intérimaires. Cette mesure ainsi que la création du Fonds de sécurisation des parcours des intérimaires (FSPI) constitue une étape importante à la création d'une "flexisécurité" à la française.

Le CDI intérimaire doit permettre l’embauche de 20 000 intérimaires en CDI sur trois ans. Le FSPI a quant à lui pour objectif d’accroître les durées d’emploi de 5% par an sur trois ans. La création du FSPI pour contribuer à accroître les durées d’emploi de 5% par an sur trois ans, pour environ 80 000 salariés intérimaires. 100 000 personnes sont donc concernées.

 

Alexandre a signé un CDI intérimaire, il explique les bénéfices du dispositif.

 

Frédéric a suivi une formation dans le cadre du FSPI (Fonds de sécurisation des parcours des intérimaires). Il nous raconte son parcours et les bénéfices de cette nouvelle formation.