Les entreprises de travail temporaire contribuent à l'activité économique nationale.

Une activité économique à part entière

Chiffres clés (2014) :

  •  Environ 1 500 entreprises         
  •  7 000 agences d'emploi     
  •  20 000 salariés permanents  
  •  518 994 salariés intérimaires en équivalent temps plein, soit 3,0 % de l'emploi salarié
  •  16,7 millions missions d'intérim
  •  50 500 recrutements effectués pour le compte d'entreprises
  •  16,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour les prestations de travail temporaire et 131,9 millions d'euros pour celles de recrutement

Une contribution à la création d'emplois

Le recours à l'intérim contribue au développement de l'emploi. Il permet aux entreprises de faire face au choc conjoncturel et de pérenniser leur activité tout en préservant la plupart des emplois.

En 2010 par exemple, l’intérim a été le premier secteur à repartir à la hausse après la crise. 80 000 emplois intérimaires ont ainsi été créés au cours de l’année jouant un rôle décisif en faveur du redémarrage de l’emploi. En phase de reprise, l'intérim constitue une solution pour transformer instantanément tout surplus d'activité en emploi.

Une contribution significative aux finances publiques

Aujourd'hui, la profession contribue de manière notable aux ressources de l’État et des collectivités locales :

  • 160 millions d'euros au titre de l'impôt sur les sociétés
  • 250 millions d'euros au titre de la contribution économique territoriale
  • 4,5 milliards d'euros de charges sociales de la part des entreprises
  • 3 milliards d'euros de charges sociales de la part des salariés